Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : https://ds.univ-oran2.dz:8443/jspui/handle/123456789/1294
Titre: Hygiène publique et citoyenneté : Les logiques sociales des habitants Le cas de la ville d’Oran
Auteur(s): GHERIB, Fatma
Mots-clés: Hygiène publique, habitants des cités, déchets ménagers, logiques sociales, citoyenneté
Date de publication: 2019
Editeur: Université d'Oran 2 MOHAMED BEN AHMED
Résumé: Cette thèse porte sur l’étude de l’Hygiène publique et la citoyenneté : les logiques sociales des habitants. - Le cas de la ville d’Oran- Elle interroge le rapport des habitants des cités à l’espace public à travers lespratiques des déchets ménagers. Leurs pratiques peuvent être comparées sur des perceptions multiples de l’espace (public, privé). L’objectif de cette étude de comprendre le sens de l’hygiène et identifier les liens que les habitants entretiennent avec l’espace public. Pour répondre à notre problématique, nous avons privilégié un cheminement méthodologique centré sur l’écoute, restitution et interprétation des discours. Nos résultats montrent bien que les habitants s’inscrivent dans différents registres pour désigner l’hygiène. Ils sont dans une logique de dénonciation, et de distanciation par rapport à l’espace public. Cette attitude est devenue la règle de conduite chez les habitants des cités. La diversité d’usage : d’appropriation, l’anonymat, d’abandon ont une influence sur le mode de liens qui unissent les habitant dans les lieux publics.Le facteur résidentiel influe sur leurs pratiques. Ces usages différenciés del’habité ont contribué à la création d’un déséquilibre en abandon et à la non assistance à l’intérêt du collectif. Ces différentes logiques qui animent les acteurs (habitants) et leurs représentations à l’hygiène publique, s’expriment par ce décalage entre pratiques et discours qui fragilise le rapport des habitants des cités à leur espace public. La santé est au cœur de leurs discussions. Ils se prémunissent contre la saleté et la maladie à leur manière, ils produisent du savoir.Même si les liens entre les habitants sont fragilisés, nous avons constaté une volonté particulière chez une minorité d’appartenance résidentielle ancienne.
URI/URL: https://ds.univ-oran2.dz:8443/jspui/handle/123456789/1294
Collection(s) :Doctorat Sciences Sociales

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
GHERIB Fatma.pdf9,14 MBAdobe PDFVoir/Ouvrir


Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.